Freelance : Astuces pour se prémunir des mauvais clients

Freelance : Astuces pour se prémunir des mauvais clients

C’est quoi des mauvais clients ? Et pourquoi je dis mauvais clients : Parce que ces profils de clients te font perdre un maximum de temps et donc d’argent.

Je définis les mauvais clients comme ceux qui :

– Ne renvoient jamais les documents demandés, ne répondent jamais aux demandes…
– Mettent un siècle à signer un devis et payer un acompte.
Négocient le devis dès le début alors qu’on a même pas encore bossé avec eux.
Doutent de tes compétences : « Oui mais comment je sais si ça va me plaire ce que vous allez me faire ? » ça te rappelle quelque chose ?
Ne savent pas ce qu’ils veulent et changent systématiquement d’avis, « J’aime bien mais je me demande ce que ça fait si on met du bleu » ; Et bien ça ne va pas avec le reste Monsieur/Madame le/la client/e; « Oui mais je voudrais bien voir quand même ! »; Put***, fais c**** mais tu vas le faire quand même, et demain is voudront tester le rouge, le rouge foncé, le plus foncé, le plus plus foncé, puis en fait le jaune, mais moins jaune, celui là fait trop caca d’oie… Bien sûr tu te dois de les guider, mais à un moment il faut qu’ils t’écoutent et te fassent confiance.
– Ne te paient pas

pas bien

Comment s’en prémunir ?
J’ai envie de te dire un truc, tu vas me dire, t’abuses, mais pour tous ces types de profils, le truc qui m’aide à fond c’est le feeling ! Oui je sais, j’abuse.

C’est quoi le feeling ?
C’est genre tu rencontres le clients, ou tu passes tu temps au téléphone avec lui, normal qu’un prospect pose des questions, qu’il vérifie là où il va mettre ses sous. Mais si dans la conversation, tu as senti qu’il hésitait par rapport à tes compétences, qu’il te parlait trop cash, genre t’es son pote et son fils/sa fille, tu vois un peu le genre, le mec/la nana condescendant-e. Tu t’es senti-e en infériorité, tu ne t’es pas senti-e à l’aise, bref un sale feeling, alors je te dis franchement, avec mes 10 ans d’expérience, j’ai appris à reconnaître un mauvais feeling et refuser de travailler avec une personne qui ne reconnait pas la valeur de mon travail, qui ne m’apprécie pas (on le sent aussi ça !).

J’ai fait des erreurs de jugement aussi. Accepter un client qui parait douteux, mais le prendre car on a besoin de sous. Tu vois ça ? Et bien ça me vaut un courrier d’avocat, et pourtant c’est pas faute d’avoir donné le meilleur de moi pour bosser. Mais c’était pourri dès le départ. J’aurais mal bossé, je suis sûre à 99% que l’issue aurait été la même. Parce que le mec est mauvais et que dans l’histoire rien ne dépendait de moi, ça aurait pu t’arriver à toi aussi bien.

Les moyens plus simples pour se prémunir du mauvais clients :
Etudier leurs finances
Sur Internet avec les sites de type société.com tu peux regarder ce que vaut la boite. Si c’est une EI alors c’est plus compliqué car elles ne doivent pas rendre leurs comptes publics. Mais tu peux toujours taper le nom de la boite sur Google pour faire quelques vérifications.

Se renseigner sur leurs antécédents 
On ne sait jamais, peut-être qu’un autre que toi a bossé avec lui et que ça s’est mal passé. Pareil Google + avis + pages Facebook et autres réseaux sociaux. Tu verras l’ambiance générale.

Se renseigner sur la personne avec qui tu vas bosser 
Je ne le fais pas assez souvent, mais regarder vite fait qui est mon interlocuteur c’est pas une mauvaise idée je trouve. Sûre qu’eux ne se privent pas de regarder ton profil Facebook ou autre !

Pour la version du client qui ne paie pas…
Si tu as fais tes quelques vérifications et qu’il n’est pas en liquidation judiciaire, en procès, que tout le travail s’est bien passé. Alors tu le sauras pour la prochaine fois, mais afin de ne pas me retrouver avec un solde trop élevé impayé si cela doit arriver je blinde mes devis et je demande différents acomptes selon l’avancement du travail (voilà un post ici sur pourquoi tu DOIS faire signer un devis) et CGV ! Regarde aussi ce post sur Comment se faire payer. Sache que légalement, si tes CGV ne sont pas abusives, tu peux fixer toi-même le montant de tes pénalités de retard et ton acompte. C’est un accord privé, tu es donc libre de le passer avec une autre entreprise privée.

Et si tu veux te pendre ou crever mes pneus de ton client ?

tout péter

Si vous avez un contrat entre toi et ton client, tu te dois de réaliser la prestation, aussi désagréable soit-il.
Si vraiment le boulot se passe mal, que tu es en galère, le client infernal, que tu veux changer de métier, tu peux toujours essayer de négocier une rupture de contrat, mais sache qu’il faut faire cela dans les règles.  J’ai eu, il y a 2 ans, la possibilité de rompre un contrat. C’est plus difficile c’est si cela vient de toi. Ici ça venait de ma cliente. Alors j’ai accepté directement. On a signé un document autre nous mentionnant les conditions de rupture amiable. C’était officiel et aucun des deux ne peut revenir dessus.

Voilà j’espère que cet article va t’aider à te prémunir et être encore plus fort-e devant les gens qui pourraient abuser de ta gentillesse ! Et n’hésite pas à partager tes conseils et ton vécu pour les autres.

cool

Si tu es en train de te mettre à ton compte, ne déprime pas, c’est le lot de tout entrepreneur. Etre freelance c’est pas juste bosser ce qu’on aime, mais gérer tout l’à côté beaucoup moins glamour !

I love my job

There are 6 comments for this article
  1. Julia at 8 h 19 min

    Ahahah, tu as tellement raison !
    J’ai, moi aussi, arrêté un contrat parce qu’il devenait invivable. Je me sentais tellement légère !
    On ne se rends parfois pas compte à quel point un mauvais client peut jouer sur notre humeur, sur notre positive attitude ou sur notre quotidien en général. Soyons prudent(e)s !

    Et bisouuuus !

  2. Mala at 11 h 40 min

    J’ai signé un contrat pour un projet d’une durée d’un an avec une personne aux valeurs opposées aux miennes. Besoin de sous, donc pas vraiment le choix…se mettre au boulot à reculons, je connais. J’ai essayé de tirer mon épingle du jeu, notamment, je ne me suis pas foulée, ni pressée pour optimiser mon travail.
    J’ai aussi haussé la voix parfois, histoire de faire comprendre que je n’allais pas tout accepter n’importe comment.
    C’est sur qu’il est préférable de passer par des boites bien établies, ou des institutions, ou il y a une vraie garantie de paiement.
    Le bouche à oreille c’est bien aussi, ça permet d’avoir un feedback avant de travailler avec le client…
    Merci pour cet article très intéressant!

  3. Mala at 12 h 48 min

    Bon à savoir aussi, les assurances pour autoentrepreneurs, entreprises individuelles etc…comportent normalement une assurance juridique, ça peut servir! 🙂

      • Mathilde Bermond Author at 17 h 02 min

        Oui à voir ce que cela comprend. Ca doit être spécifique à chaque contrat et être sûr que cela ne couvre pas juste un litige physique mais bien un litige moral.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *