Freelance : Comment refuser un travail avec tact (ou pas…)

Freelance : Comment refuser un travail avec tact (ou pas…)

Pour commencer on peut faire la différence entre client et prospect. Un client on travaille déjà avec, un prospect pas encore. Il est donc plus facile de refuser la demande d’un prospect. Dans le cas d’un client, c’est plus délicat. Voici quelques astuces pour refuser un travail avec tact (ou pas…)

Il arrive parfois que l’on ait pas envie de travailler sur ce que nous propose un de nos clients. Comment lui dire, avec les formes, qu’on ne peut pas travailler pour lui ? C’est évidemment pas simple, notre client apprécie notre travail et voudrait nous confier une nouvelle demande. Sauf que franchement, ça vend pas du rêve… Beaucoup de temps nécessaire, pas possible de facturer à sa juste valeur… sauf que voilà, on ne peut pas vraiment le dire comme ça.
Et puis refuser le travail d’un client, c’est prendre le risque de le perdre.

On dit souvent dans le contexte actuel, que refuser un client, c’est un luxe. Je te le dis avec sincérité, toutes les fois où j’ai douté d’un prospect ou travail d’un client, que je l’ai accepté pour l’argent (en général pas une somme folle en plus !) ils m’ont donné envie de changer de job ! Donc pense-y !

Comment remballer gentiment un client ou prospect (parce que quand même parfois on peut en avoir des graves collants ! Je te raconte pas… J’ai déjà eu le cas, une demande farfelue, ingérable, même mes collègues à qui j’ai demandé de l’aide pour comprendre et devisé, m’ont dit de refuser le travail !)

Refuser un travail astuce n°1 : La plus simple, évoquer un délai trop long. Mais c’est risqué !

refuser un travail - temps
Sorry les gens, je pars un mois à Bali, j’ai pas Internet. Ca va faire serré côté délai, en plus y’a du décalage horaire. 

Souvent les demandes sont toujours pressées, urgentes ! Les gens veulent toujours tout pour avant-hier. Soit : « Je ne suis pas disponible avant plusieurs semaines pour votre travail. Je sais que cela est ennuyeux mais mon agenda est plein pour les semaines à venir et je n’arriverai pas à l’inclure dans mon planning. Je ne souhaite pas vous empêcher d’avancer à votre rythme, n’hésitez pas à demander à un confrère. »
J’ai déjà utilisé cette excuse plusieurs fois, mais j’avoue que je ne souhaitais pas retravailler avec ce client. Donc je faisais d’une pierre deux coups, pas de travail plus de client. C’était calculé. J’ai aussi eu le cas où le client a attendu. Et bien j’ai fait le travail, à mon rythme et j’ai facturé confortablement.

Refuser un travail astuce n°2 : Sous-traiter

refuser du travail
C’est un peu comme si c’était moi, mais c’est pas moi… mais tu le sais pas.

Pas envie de perdre le client, mais vraiment pas envie de faire le taf ? Alors tu sous-traites. On m’a toujours dit de ne pas refuser un client. Dans l’option 1 ça n’est pas un client qu’on refuse mais une prestation. C’est différent. Donc sous-traiter c’est faire le devis, signer avec ton client (donc le garder) et filer le taf à un collègue. Bon il faut encore qu’il accepte, parce que si toi tu refuses c’est qu’il doit y avoir une bonne raison. L’important étant de garder le client bien sûr, qu’il ne sache pas que le travail n’est pas fait par toi. Tu gardes le client, tu te fatigues pas et tu ne bosses pas sur ce que tu ne veux pas faire. C’est gagnant/gagnant !

Refuser un travail astuce n°3 : Facturer super cher 😉

refuser du travail

C’est sournois je sais ! Mais si tu veux qu’un client ou prospect ne bosse pas avec toi, sur-factures ! Bon s’il accepte de payer dis-toi que tu y gagnes quand même (des sous !) et que tu peux toujours passer à la solution n°2 !

Petit conseil : C’est pour une de ces raisons qu’il ne faut jamais sous-facturer, tout simplement, parce que si ton client est un peu difficile (chiant) tu auras quand même moins la haine !

Refuser un travail astuce n°4 : Refiler le bébé à quelqu’un que t’aimes pas…

refuser du travail

Ca ne se passe pas trop bien avec ce client en plus ? Alors ne te prive pas. Invoque le délai et donne lui les coordonnées de quelqu’un dont tu veux te venger ! Si ton client/prospect n’est pas cool, désagréable avec toi alors tu n’as rien à perdre ! Donne-lui le contact de ce graphiste qui fait du Word à la pelle, ou celui qui facture peanuts, toute façon il accepte tout !

Petit flashback sur un article récent et les clients désagréables.

Refuser un travail astuce n°5 : Dire la vérité

refuser du travail

Voilà votre travail ne me convient pas, je ne m’y retrouve plus, je suis certaine que je ne serai pas au mieux de ma forme pour le réaliser, vous seriez déçu !
A voir s’il comprend. Sauf que… j’ai déjà utilisé cette réponse, mais le client voulait à tout prix que je fasse la prestation, du coup difficile après de lui sortir le coup du délai…

Et vous, quelles sont vos astuces pour refuser un travail avec les formes ? Racontez-nous vos expériences en commentaires !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *